De nombreuses études internationales se sont penchées sur les dangereuses répercutions du stress pendant la grossesse sur la santé du nouveau-né. 

Pas d’alcool, pas de tabac, pas de poisson cru, … et pourquoi pas “pas de stress“ ?  Il existe aujourd’hui de nombreuses interdictions et recommandations faites aux femmes enceintes, des recommandations d’ordre alimentaire mais également d’hygiène de vie, mais on oublie souvent de parler du stress. Et pourtant, les dangers du stress pendant la grossesse sont aussi importants pour la maman que pour son bébé. En effet, une nouvelle étude réalisée par des chercheuses du King’s College de Londres a récemment révélé que le stress prénatal pouvait directement nuire au développement cérébral de l’enfant. 

Stress et développement cognitif de l’enfant 

Cette nouvelle étude publiée dans la revue “Biological Psychiatry“ a été réalisée afin d’étudier de plus près l’impact du stress prénatal sur le cerveau de l’enfant. Au total près de 251 bébés nés prématurément au Royaume-Uni ont été suivis afin de pouvoir déterminer si ce stress pendant la grossesse pouvait avoir une réelle incidence sur la santé du nouveau né. Afin de réaliser cette étude, les scientifiques ont décidé d’utiliser 2 méthodes d’analyse. 

Dans un premier temps, les femmes enceintes ont du répondre à un questionnaire permettant d’évaluer les évènements stressants auxquels elles ont pu être confrontées durant leur grossesse. Avec ce questionnaire les chercheuses ont pu calculer l’intensité du stress chez chaque femme, en mêlant le nombre de facteurs stressants et leur niveau d’intensité.

Ensuite, l’étude s’est également basée sur l’imagerie par tenseur de diffusion, une technique conçue spécialement pour étudier la structure du faisceau unciné, aussi connu sous le nom de substance blanche et qui relie le cortex préfrontal au lobe temporal. 

Grâce à ces nouvelles recherches, les chercheuses ont pu démontrer les répercussions directes sur le développement cognitif de l’enfant. “Nous avons constaté que chez les mamans qui étaient plus stressées pendant la grossesse et la période précédant la naissance, la substance blanche était altérée chez les bébés“ déclare Alexandra Lautarescu, auteure de l’étude. “L’exposition au stress maternel prénatal augmente le risque d’effets psychiatriques et comportementaux indésirables chez l’enfant à naître (…)“. D’autres études ont notamment établi un lien avec l’apparition d’une forte anxiété, d’autisme et de troubles du comportement. 

Avec ces nouveaux résultats, les chercheuses du King’s College de Londres souhaitent encore une fois souligner l’importance d’un suivi et d’un soutien psychologique pour les femmes enceintes

Gérer le stress pendant sa grossesse 

Les femmes enceintes le savent bien, le stress chronique n’est ni bon pour leur santé ni pour celle de leur bébé. Malheureusement, entre les hormones, les aléas du quotidien, les douleurs, la fatigue … il est souvent bien difficile de garder son calme et de se détendre. Alors, afin d’aider les futures mamans à se relaxer, il existe quelques bons conseils à suivre. 

Pour commencer, il est primordial de prendre du temps pour se reposer. Une femme enceinte doit prendre du temps pour elle. Se coucher tôt, faire des siestes, faire des pauses… il est nécessaire de se reposer dès que l’envie se fait ressentir.

Ensuite, il ne faut pas négliger les bienfaits de la respiration. Travailler sa respiration permet d’abaisser très rapidement son rythme cardiaque et de se sentir plus zen. Respirer plus lentement permet entre autre de prédisposer l’esprit à se détendre. La respiration se calme, les pensées également et les émotions se stabilisent. 

Des données psychologiques ont montré que même une seule pratique respiratoire avait des effets extrêmement bénéfiques sur le corps, car elle permet de réduire considérablement la pression artérielle, augmente la variabilité du rythme cardiaque, l’oxygénation et améliore la fonction pulmonaire. Bien que la respiration produise des effets incontestables sur le moment en fonction du besoin recherché, il est largement admis aujourd’hui qu’une pratique quotidienne améliore grandement la santé et le bien-être du pratiquant. Il est donc important de placer des moments de respiration dans sa journée, dans sa semaine … Les effets à court, moyen et long terme se feront vite ressentir. 

Chez la femme enceinte, il est par exemple recommandé de pratiquer une respiration lente et profonde qui permet de faire baisser la tension, l’émotion et le stress. L’important reste d’inspirer par le nez en gonflant son ventre et d’expirer longtemps par la bouche. Plus l’expiration sera longue, plus vous pourrez vous détendre. Cette respiration est à reproduire au quotidien, surtout lorsque l’on sent le stress monter. 

Enfin, il est également important d’indiquer que la femme enceinte doit garder une activité physique régulière (sauf contre-indication médicale). La marche, la natation, le yoga et la gymnastique souple permettent de rester en forme, de réduire les douleurs et de se relaxer. Le yoga prénatal fait aujourd’hui partie des sports de grossesse les plus pratiqués. En plus d’agir sur le corps, le yoga agit également sur l’esprit. Adieu stress et anxiété !